Aquarium photo

Pour faire des photos d'insectes aquatiques, inutile de chausser vos palmes et d'enfermer votre boitier dans un caisson étanche: L'eau de la marre est beaucoup trop trouble, et ces petites bestioles se cachent bien. Le plus simple c'est de se fabriquer un aquarium spécialement dédié à la prise de vue, et d'y reconstituer l'environnement de votre modèle. On s'installe au bord de la marre, on capture les petits animaux, on les photographie dans de bonnes conditions, et on les relâche à l'endroit même de leur capture. Voici donc comment j'ai fabriqué mon aquarium photo qui permet de faire des photos étonnantes, ainsi que quelques conseils sur l'utilisation de cet outil introuvable dans le commerce.

1 - L'aquarium

1.1 - Matériaux

Pour faire simple et économique, l'aquarium est composé de sous-verres au format 13x19cm pour les côtés, la façade, le fond et la cloison amovible, et d'un sous-verre au format 20x30cm pour le socle. L'avantage est que ces formats sont nécessairement homothétiques au 24x36mm d'un capteur (full frame ou APS-C) ou d'une diapo. On trouve ce genre de sous-verre dans n'importe quel supermarché pour quelques euros. Il faut y ajouter un profilé aluminium en U d'une longueur de 1m, et d'une section de 13mm par 8mm. Cette barre métallique, qu'on trouve facilement dans tous les magasins de bricolage, sera découpée afin de former des glissières, dans lesquelles viendra se loger la cloison amovible, à différentes distances de la façade. Une barre de 1 mètre est suffisante pour créer trois glissières. Il est envisageable d'en avoir plus, afin de photographier des animaux un peu plus gros, auquel cas il faudra prévoir une seconde barre d'aluminium.

L'ensemble sera collé avec de la colle-mastic silicone pour aquarium, que l'on trouve dans le même genre de commerces que le profilé aluminium en U.

1.2 - Assemblage

1.2.1 - Les glissières et les côtés

La première étape consiste à découper deux morceaux de 13cm et six morceaux de 10cm de long dans le profilé d'aluminium. Ébavurez les bords de coupe et poncez légèrement les surfaces externes, qui vont recevoir de la colle. Ensuite, il faut prendre deux vitres de 13x19cm, et bien les nettoyer pour que la colle accroche bien. On commence par coller l'une des barre de 13cm sur l'un des bords de 13cm de la première vitre, en laissant un écart de 2mm correspondant à l'épaisseur de la vitre de la façade. L'idéal pour cela est de poser la vitre horizontalement sur une surface plane, de l'accoler à une boite parallélépipédique (boite à sucre, boite à gâteaux...), de présenter une seconde vitre verticalement, posée sur la première, et appuyée contre la boite (afin de garantir le bon écartement), et ensuite de coller la barre métallique sur la première vitre en l'appuyant contre la seconde. Pour ce collage, je n'ai pas utilisé la colle silicone qui est trop longue à prendre, mais une colle à prise rapide qui permet un re-positionnement pendant 3 minutes, et une manipulation au bout de 5 à 10mn.

Après cette première barre, on dispose tour à tour trois barres de 10cm parallèlement à la première (en les centrant sur la vitre), en laissant 2mm entre chaque pour glisser la cloison amovible. Une fois encore, la technique consiste à appuyer une vitre verticalement contre la barre précédente (après avoir attendu 10 minutes que la colle prenne !), et à présenter la barre suivante contre la vitre. On dégage ensuite délicatement la vitre en essayant de ménager un peu de jeu en plus des 2mm afin que la cloison coulisse facilement lorsque le collage sera terminé. On procède de façon identique pour la seconde vitre, qui formera l'autre coté de l'aquarium.

Si les barres sont bien centrées, l'ensemble est symétrique et il n'y a pas de précaution particulière à prendre. Si vous avez décidé au contraire de ne pas centrer les barres de 10cm, il faut veiller à ce qu'elles soient bien en vis à vis lorsque les cotés se feront face.

Il est également possible de n'utiliser que des barres de 13cm pour les glissières, mais dans ce cas une barre de 1m ne sera pas suffisante pour réaliser trois écartements, et il faudra soit se contenter de 2 positions pour la cloison, soit prévoir une deuxième barre.

1.2.2 - La façade

Une fois la dernière barre fixée, on peut envisager de coller la façade. Comme toujours, il faut bien nettoyer cette troisième vitre, et cette fois utiliser la colle silicone. Le plus simple est de positionner une vitre 13x19 à l'horizontale sur une surface plane. Cette vitre servira à maintenir à la fois l'écartement entre les deux cotés, et l'orthogonalité entre ceux ci et la façade. On vient appuyer verticalement l'une des deux vitres munies des glissières sur l'un des cotés de 13cm de cette vitre horizontale, et on vient appliquer la façade directement sur la barre de 13cm préalablement et généreusement encollée. On maintient ensemble la façade et le coté grâce à des petites pinces qui s'appuient en haut et en bas, d'une part sur la façade et d'autre part sur la glissière métallique. On peut directement procéder de même pour le deuxième coté, en l'appuyant bien contre la vitre horizontale qui garantit l'écartement. Il convient ensuite d'attendre au moins une heure que la colle silicone sèche avant de manipuler cet ensemble côtés + façade.

1.2.3 - Le fond

Quand les trois premières vitres sont suffisamment solidaires pour être manipulées, on peut envisager de coller la vitre du fond. Dans ce cas, il n'est pas possible de la maintenir avec des pinces, et il faut envisager un système de cales qui la maintiendra en position le temps que la colle prenne. Dans un premier temps, il suffit de se contenter de solidariser l'ensemble, sans forcément s'assurer de l'étanchéité, qui viendra dans un second temps. Après cette étape, je conseille de laisser sécher le tout pendant environ 8 heures (une nuit) avant de passer à la suite.

1.2.4 - Le socle

La dernière étape consiste à placer les quatre cotés sur le socle constitué d'une vitre de 20x30cm. Le mieux est de laisser dépasser les bords du socle sur les cotés de l'aquarium et non pas en façade afin de ne pas gêner le positionnement de l'appareil photo. Une fois en place, on peut reprendre touts les joints en ajoutant du silicone afin de garantir l'étanchéité. Une fois tout cela fini, il faut laisser sécher 48 à 72 heures avant de mettre en eau.

Normalement, en remplissant l'aquarium au maximum, on ne devrait constater aucune fuite. Si cela devait être le cas, il convient de vider l'aquarium, de bien le sécher, de nettoyer l'emplacement de la fuite à l'alcool, et de remettre du silicone afin de boucher cette dernière. 48 heures après, on peut effectuer un nouveau test de mise en eau.

2 - Les enceintes de confinement

Afin de confiner le sujet à photographier dans un espace restreint, j'ai d'abord confectionné une petite boite à partir des profilés aluminium. Cela avait l'avantage d'être exactement à la bonne épaisseur lorsque la cloison est dans sa plus petite position. Par ailleurs, l'aluminium est relativement réfléchissant, ce qui permet aux bords de la boite d'agir comme de petits réflecteurs de lumière. Néanmoins, j'ai trouvé le système peu adaptable aux diverses tailles des animaux à photographier, à moins de confectionner de nombreuses boites, ce qui peut s'avérer assez long. Par ailleurs, je craignais que toutes ces boites ne prennent beaucoup de place et ne soient pénibles à transporter sur le terrain et à stocker.

J'ai donc ensuite opté pour un système plus modulaire, à base de réglettes munies d'encoches, ce qui permet de les assembler trois par trois (une horizontale pour le fond, et deux verticales pour les bords) afin de constituer des boites de tailles très variables. J'ai découpé ces réglettes dans de l'altuglass translucide « opale » de 2,5mm d'épaisseur, dont je me sers habituellement pour fabriquer des diffuseurs pour mes flashes. C'est un matériau très facile à travailler, et qui a l'avantage de réfléchir également une bonne partie de la lumière, tout comme l'aluminium. J'ai donc fabriqué trois jeux de trois réglettes: Un jeu pour chaque position de la cloison amovible.

J'ai découpé dans ces réglettes des encoches permettant de les assembler dans cinq positions, formant des boites de section 24x36mm à 104x156mm, toutes homothétiques au 24x36 (voir plans en bas de cette page: Fichiers *_Reglettes.pdf). Ainsi, avec seulement 9 réglettes qui se rangent aisément dans l'aquarium lorsqu'il est vide, je dispose de 15 boites de tailles différentes.

Ce système peut néanmoins présenter un inconvénient par rapport à la solution à base de boites: Lorsque les réglettes ne sont pas en position minimale (24x36), des encoches se trouvent à l'intérieur de l'enceinte de confinement, et si l'animal est suffisamment petit, il peut arriver qu'il s'échappe en utilisant ces trous. Néanmoins, pour photographier un animal si petit qu'il peut passer par les encoches (de 2,5mm de large), il est fort probable que la bonne taille d'enceinte à utiliser soit la taille minimale, et alors aucune sortie n'est à sa disposition.

3 - Le décor

Il convient évidemment de garnir l'enceinte de confinement d'algues et/ou de plantes aquatiques afin que le décor du premier plan paraisse naturel. Il faut également en disposer à l'arrière plan, dans la partie de l'aquarium située derrière la cloison amovible. IL EST TRES IMPORTANT de bien rincer, à plusieurs reprises et à l'eau claire, ces éléments de décor prélevés dans le même endroits que le sujet à photographier. En effet, ces plantes sont pleines de vase et de petits débris qui flottent dans l'enceinte si on ne les élimine pas, et qui troublent l'eau et forment des taches très visibles et très disgracieuses dans l'image lorsqu'elles sont éclairées violemment par le flash. Je le répète: Rincez, rincez, rincez...

Enfin, il faut penser à l'arrière plan situé au delà de l'aquarium. Dans un premier temps, j'ai utilisé un fond opaque, du style que l'on utilise pour la macro en studio « classique », placé derrière la vitre du fond. Néanmoins il s'est avéré peu pratique car il nécessite alors d'être éclairé, sans quoi il n'apparait que sous forme d'un noir diffus. Il faut donc disposer de plusieurs flashes, et réussir à les disposer correctement, ce qui n'est pas évident vu que l'aquarium est situé juste devant ! J'ai donc ensuite opté pour un fond translucide. En fait, j'ai imprimé un dégradé bleu-vert légèrement texturé sur un transparent pour rétroprojecteur. J'ai ensuite plastifié ce transparent imprimé afin de le rendre insensible à l'humidité inhérente à la pratique de la photo en aquarium !

Ainsi, la lumière naturelle passant à travers ce fond permet un meilleur rendu. Éventuellement, si elle venait à manquer, un flash situé derrière et réglé à une faible puissance s'avèrerait plus efficace que ce même flash éclairant un fond opaque.

4 - L'éclairage

L'éclairage du sujet vient d'un flash situé juste au dessus de l'enceinte de confinement. Dans un premier temps, je me suis contenté de placer une vitre sur le dessus de l'aquarium, et d'y déposer un flash cobra. Mais j'ai trouvé l'éclairage un peu trop brutal, et peu homogène. De plus, ce système est assez peu pratique car il faut tout retirer pour manipuler les animaux, et la vitre empêche l'utilisation d'un décor de second plan trop volumineux car elle couvre l'arrière de l'aquarium. J'ai donc ensuite fabriqué un petit stand doté d'une plaque d'altuglass opale qui sert de diffuseur et qui vient juste au dessus de l'enceinte de confinement, et qui permet de fixer un ou deux petits flashes légèrement surélevés. Ce petit stand laisse l'arrière de l'aquarium libre afin de gérer l'arrière plan à son gré, et s'enlève et se remet en un seul geste. Je ne détaillerai pas la fabrication de ce stand car il dépend de vos flashes.

5 - Les accessoires... indispensables !

5.1 - Les bottes

Même en plein été, il faudra mettre les pieds dans la vase. A moins d'être un adepte de la boue entre les doigts de pieds, n'oubliez pas vos bottes.

5.2 - Le jerrican

L'eau de la marre n'est pas utilisable pour la photographie. Elle est trop trouble est les résultats sont médiocres. Il faut donc transporter de l'eau claire pour remplir l'aquarium une fois sur le site. Pour cela, on peut utiliser un jerrican. Il en existe des souples, qui lorsqu'ils sont vides peuvent se replier afin de gagner en place. N'hésitez pas à emporter beaucoup d'eau. L'aquarium a une contenance d'environ 4,7 litres, mais il faut aussi en prévoir pour le rinçage du décor, et il peut être nécessaire de changer l'eau en cours de séance (elle se trouble facilement si l'on rince mal les décors). S'il en reste à la fin de la séance, cela permet également de nettoyer le matériel avant le rangement.

5.3 - L'eau

Pour l'eau, il ne faut pas utiliser directement de l'eau tirée du robinet qui contient trop de chlore, mais plutôt de l'eau de pluie (si vous avez un récupérateur d'eau sous votre gouttière c'est parfait). A défaut, utilisez de l'eau du robinet que vous avez laissé respirer (récipient ouvert) pendant 24h.

5.4 - L'épuisette

Pour capturer les petits habitants de la marre, le mieux c'est une épuisette. Avec un manche assez long pour ne pas avoir à approcher trop du bord de l'eau, qui est souvent très meuble et fragile. Il est inutile d'aller au milieu de l'eau, les petits animaux affectionnent plus particulièrement les bords, là où se trouve la végétation. Pour ceux qui préfèrent privilégier l'encombrement, il existe des modèles « pliables », qui une fois rangés prennent moins de place qu'une raquette de ping-pong.

5.5 - Les bacs

Il faut également prévoir plusieurs bacs pour stocker les animaux capturés et les décors en attendant la séance, rincer ces derniers, etc... Choisir des bacs « plats »: plus larges que hauts afin de pouvoir facilement y prélever un animal. Proscrire les récipients genre bocaux dans lesquels il est impossible de bouger correctement la main et donc de capturer le prochain modèle. L'idéal ce sont des récipients gigogne, genre tuperware, optimisant le stockage. Des couvercles troués peuvent s'avérer utiles afin de contenir les petits fugueurs (grenouilles, tritons...)

5.6 - Les gobelets

Une fois les petits habitants aquatiques capturés, il faut pouvoir les transférer un à un depuis le bac jusque dans l'aquarium, et vice versa. Pour cela, j'utilise de petits gobelets « jetables » en plastique transparent. N'importe quel conteneur peut faire l'affaire, pourvu qu'il soit suffisamment petit pour pêcher dans le bac ou sont temporairement maintenus.

5.7 - Les spatules

Mettre en place le décor dans l'enceinte de confinement n'est pas toujours évident. En effet, pour les plus petites boîtes, on ne peut même pas y entrer un doigt. Il faut donc prévoir des petits bâtons, des spatules, afin de pouvoir facilement pousser une algue sur la droite, en tasser une dans le fond, inciter le modèle à se tourner du bon coté, etc... Les piques à brochettes en bois sont à la fois suffisamment longues, solides et fines pour répondre parfaitement à cet usage.

5.8 - La raclette

Les vitres se salissent à une vitesse folle. La moindre goutte d'eau qu'on laisse sécher à l'extérieur, la moindre bulle d'air qu'on laisse coincée à l'intérieur, le moindre bout d'algue qu'on laisse se coller, prend des dimensions gigantesques quand on travaille à des forts grandissements. Un petit morceau de balai d'essuie-glace permet de fabriquer une raclette à la mesure de l'aquarium, et de faire disparaitre efficacement ces détails gênants.

5.9 - Le torchon

Les appareils photo modernes sont plein d'électronique, et cette dernière ne fait pas bon ménage avec l'eau de l'aquarium. Lorsque l'on pêche ou que l'on manipule les animaux, on se retrouve immanquablement avec les mains mouillées. Difficile après de les poser sans appréhension sur le déclencheur. Un torchon permet de s'essuyer les mains après chaque manipulation de l'eau.

5.10 - La table

Une petite table est indispensable pour que l'aquarium soit à bonne hauteur pour photographier. La première fois, pris de court, j'avais simplement un petit tabouret pliant, et bien que pratique à transporter, il s'est avéré insuffisant pour une séance prolongée: être allongé par terre quelques minutes ça va, mais ça devient très vite froid, humide et inconfortable ! Une petite table de camping pliante fait très bien l'affaire et reste peu encombrante à transporter sur le site.

5.11 - La chaise

Indispensable, peut-être pas, mais comme les séances peuvent durer assez longtemps et que l'on ne bouge pas beaucoup, c'est un confort non négligeable. Un modèle léger et pliable ne prend pas beaucoup de place et se transporte facilement dans la même main que la table.

5.12 - L'écran anti-reflets

Afin d'éviter tout reflet gênant dans la vitre de façade, il faut idéalement éliminer toute lumière incidente. Pour cela, j'envisage d'utiliser un manchon qui viendrait recouvrir toute la façade, et qui disposerait d'une ouverture pour l'objectif. Cependant, afin de pouvoir s'adapter aux différentes distances de mise au point/grandissements, ce manchon doit être souple (tissu épais par exemple), et faut donc imaginer un système (tringles ?) qui maintienne la sur-longueur hors du champ. J'avoue que pour l'instant je n'ai pas encore développé un tel système, et que je cherche encore la bonne solution.

5.13 - Les pinces

Accessoire indispensable, elles servent à maintenir le fond translucide, à positionner correctement une plante aquatique, etc.. J'utilise de petites pinces de bricolage en plastique coloré qui ne quittent pas mon fourre-tout tant elles peuvent être utiles pour tous types de photo (accrocher un filet de camouflage, maintenir une petite branche hors du champ sans la briser, etc...). Vivement qu'ils en sortent en camo !

5.14 - La caisse de rangement/transport

J'ai essayé de tout concevoir pour prendre le moins de place possible. Et ce pour deux raisons. La première c'est que l'endroit où l'on va s'installer n'est pas toujours accessible en voiture, et qu'il faut transporter tout le matériel sur le site. Idéalement en un seul voyage (personnellement, pour rejoindre l'étang - tranquille - que je fréquente, j'ai environ 1km à travers bois et champs à faire). La seconde, c'est que l'on est pas toujours en train de se servir de ce matériel, et qu'il faut bien stocker tout ce bazar. Au final, tout l'ensemble tient dans une petite caisse en plastique de 20x30x40cm. Y compris le jerrican lorsqu'il est vide.

6 - Ressources

Vous trouverez dans cette section diverses ressources pour vous aider à fabriquer votre propre aquarium:

7 - Les résultats !

Et pour finir, voici quelques photos obtenues en utilisant tous les accessoires décrits sur cette page !


site optimisé pour
firefox 2.0 et IE7
Accueil Contact site optimisé pour une
résolution de 1024x768